Dark crystal

Poster Dark crystal

Depuis que le cristal s’est brisé, l’équilibre de la planète Thra est rompu, scindant désormais l’espèce en deux races, les gentils Mystiques et les méchants Skeksès. Un couple de Gelflings, Jen et Kira, va partir en quête de l’éclat manquant afin de restaurer l’harmonie perdue.

Chef-d’œuvre inégalé de la fantasy, Dark Crystal injecte au conte une portée philosophique inattendue. Jim Henson, enthousiasmé par l’univers graphique de Brian Froud, l’entraîna dans ce projet fou intégralement réalisé en stop-motion avec des marionnettes : une révolution en matière d’animation qui mettra plus de cinq ans à se concrétiser. On envie ceux qui découvriront aujourd’hui l’univers qui prend vie sous nos yeux. Quant aux enfants de 1982, ils restent à jamais émerveillés par cette aventure initiatique hors du monde, hors du temps.

Dark crystal.

1982
Couleur - 93mn - VF
États-Unis / Royaume-Uni.
Animation, Heroic fantasy, Aventure.
Réalisation: Jim Henson, Frank Oz.
Production: Lew Grade, Jim Henson, Duncan Kenworthy, Gary Kurtz, David Lazer, Bruce Sharman.
Scénario: David Odell, Jim Henson.
Montage: Ralph Kemplen.
Photographie: Oswald Morris.
Musique: Trevor Jones.
Avec: Jim Henson, Kathryn Mullen, Frank Oz, Dave Goelz, Steve Whitmire.
Pierre Bordage

J’ai pris une claque visuelle lorsque j’ai vu Dark Crystal, le film qui se rapproche sans doute le plus de mes univers. J’aime l’imaginaire au sens large, particulièrement la SF et la fantaisie. Le scénario reprend les thèmes favoris de la fantaisie classique : des êtres scindés en deux peuples avec les bons d’un côté, les Mystiques, et les méchants de l’autre, les Skeksès. Ces derniers s’emparent du Château du Cristal, obligeant les  Mystiques à se réfugier dans un endroit secret. Puis vient la prophétie, autre thème récurrent de la fantaisie, selon laquelle l’éclat du Cristal sera restauré par un Gelfling, une sorte d’elfe. Évidemment, les Skeksès, ayant eu vent de la prophétie, exterminent le peuple des Gelflings à l’aide des créatures monstrueuses qu’ils ont créées, mais, comme souvent dans ces circonstances (qu’on se rappelle Jésus échappant au massacre des innocents ordonné par Hérode), un garçon en réchappe et, élevé par les Mystiques, va entreprendre l’indispensable quête pour guérir le cristal. C’est donc un scénario-type de fantaisie, presque plaqué point par point sur les travaux du mythologue Joseph Campbell dans le Héros aux mille et un visages (restaurer l’harmonie perdue), mais, pour l’essentiel, il fonctionne (George Lucas a lui-même été influencé par Campbell pour La Guerre des Étoiles). Le principal intérêt du film est à mon sens sa beauté formelle, son esthétique à la fois envoûtante et sombre, cruelle, onirique, magique, qui rappelle que l’animation (ici, des marionnettes) n’est pas réservée à un public enfantin, mais peut fort bien s’adresser aux adultes. La seule condition est d’avoir gardé son âme d’enfant, c’est-à-dire sa capacité intacte à s’émerveiller. Pour résumer, je suis ressorti émerveillé de la projection de Dark Crystal.

Canal+ VDM: Video Digital Multimedia Lobster films Culturopoing.com Ville de Paris Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île de France Chaos Reign La Spirale Geek le mag
Éditions précédentes: 2020 2019 2018 2017 2016
© L'Étrange Festival 2021