Come to Daddy

Norval Greenwood, un trentenaire citadin, rend visite à son père Gordon qu’il n’a jamais réellement connu. Ce dernier lui a envoyé une lettre lui disant qu’il avait quelque chose de très important à lui dire. Pourtant, Gordon semble bien embêté par la présence de son fils...

Si le nom de Ant Timpson, qui réalise ici son premier long métrage, ne vous dit rien, c’est pourtant un producteur des plus actifs dans le domaine du cinéma de genre. On lui doit notamment les anthologies ABC of death , Turbo kid, Housebound , et autres bizarreries. En voilà une autre – et une belle – à rajouter à son palmarès, portée par Elijah Wood (CooTies, Maniac) et Stephen McHattie (Pontypool, Dreamland), et dont le scénario signé Toby Harvard (The Greasy strangler) réserve de jolies surprises.

Come to Daddy. 2019. Couleur. 93mn. VOSTF. États-Unis / Nouvelle-Zélande / Canada / Irlande. Comédie, Horreur.
Réalisation: Ant Timpson. Production: Daniel Bekerman, Toby Harvard, Katie Holly, Mette-Marie Kongsved, Emma Slade, Laura Tunstall. Scénario: Toby Harvard. Montage: Dan Kircher. Photographie: Daniel Katz. Musique: Karl Steven. Avec: Elijah Wood, Stephen McHattie, Martin Donovan, Michael Smiley.
Geek le mag Canal+ Nova, le grand mix Chaos Reign La septième obsession ScreenAnarchy Première Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Île de France VDM: Video Digital Multimedia Ville de Paris Lobster films La Spirale Agnès b.